Lexique SEO et Webmarketing

En tant que freelance en référencement naturel à Lille, je vous propose ce lexique SEO pour vous permettre de décrypter le vocabulaire SEO et webmarketing plus facilement. Cela pourra vous permettre de mieux appréhender les conseils SEO, les nouveautés webmarketing et les évolutions digitales. Je l’espère en tout cas ! Si ce n’est pas le cas, vous pourrez toujours faire appel à un consultant SEO 🙂 

Qu’est-ce que le webmarketing ?

Le webmarketing, qui peut parfois être appelé « e-marketing » ou « marketing digital » consiste en l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans le cadre des activités marketing d’une organisation. De manière plus précise, le webmarketing se définit par l’ensemble des techniques marketing et publicitaires utilisées dans l’environnement Internet.

Quelle place pour le SEO dans le webmarketing ?

Le référencement naturel est un des leviers utilisés dans le cadre d’une stratégie webmarketing tout comme d’autres apporteurs de trafic tels que le SEA, l’Emailing, l’Affiliation, les Réseaux Sociaux, les Comparateurs, etc.

Consultant SEO - ChatterBox Conseil

Lexique SEO et webmarketing

A comme AEO

A/B testing : L’A/B test est une technique qui consiste à comparer plusieurs variantes d’une page Web (par exemple les landing pages) afin de déterminer laquelle est la plus performante. Ce procédé peut également être mis en place sur l’emailing au niveau de l’objet, du contenu, etc.

Accelerated Mobile Pages (AMP) : lancé par Google en février 2016, c’est un procédé open source permettant un format permettant d’accélérer l’affichage des contenus de pages web sur le mobile. L’objectif est, entre autres, d’améliorer l’expérience de recherche. On reconnait les pages en AMP dans les SERPs grâce à un petit logo en forme d’éclair.

Adwords : Google Adwords (devenu Google Ads aujourd’hui) est une régie publicitaire de Google qui repose sur un système d’enchères. Cette plateforme permet de gérer les annonces textuelles, les annonces Google Shopping, les annonces display diffusées sur le réseau AdSense et la diffusion des différents formats diffusés sur YouTube.

AEO (Answer Engine Optimization) : Elle correspond à l’ensemble des actions pour optimiser la présence d’un site web dans l’Answer Box Google.

Algorithme (moteur de recherche) : Un algorithme est un ensemble d’opérations effectuées par les moteurs de recherche (Google, Bing, Baïdu, Yandex, etc.) permettant d’établir un classement de l’information par pertinence.

Allow : ce terme correspond à une directive utilisée dans le fichier robots.txt. Elle permet de donner l’autorisation aux robots des moteurs de recherche d’explorer une page ou un répertoire d’un site web. Son contraire est « Disallow : ».

ALT (Balise ALT) : Il s’agit d’un attribut que l’on utilise pour décrire les images. Elle correspond au texte alternatif d’une image initialement prévu pour les personnes malvoyantes. Aujourd’hui, son utilisation est également exploitée pour améliorer le référencement par l’image.

Analytics : Cela correspond aux données permettant l’analyse et le suivi statistique d’un site Internet. L’outil le plus connu est Google Analytics mais d’autres permettent également un suivi des performances digitales : Adobe Analytics (anciennement Omniture), AT internet, Eulerian, etc.

Ancre de lien (anchor text) : Désigne le texte (un mot ou une phrase) d’un lien visible par l’internaute. Une bonne pratique est d’optimiser ses ancres de liens (avec le mot clé de destination) dans le maillage interne et de désoptimiser les liens pointant vers des sites externes.

Arborescence : Elle correspond à la hiérarchisation d’un site web avec ses différents niveaux. L’optimisation de sa construction est un point central d’une démarche SEO et UX performante.

Answer Box : la Google Answer Box se présente sous forme d’encadré et répond, directement dans la SERP, à une question formulée par l’internaute.

Answer the public : C’est un outil très utile et performant (gratuit en plus) qui permet de générer des questions et des associations d’idées sur un thème donné. Il est un des alliés des créateurs de contenus SEO.

Audit de site : Un audit SEO est une analyse de site sous 3 volets principaux : technique, sémantique et netlinking. C’est une étape fondamentale avant de travailler sa stratégie SEO.

Autoblog : C’est une technique qui permet de créer du contenu automatisé pour un blog. En d’autres termes, elle consiste à répliquer automatiquement des articles sur un blog. Attention, elle est proscrite par Google. A vous de juger si le jeu en vaut la chandelle.

B comme Backlink

Backlink : Également appelé BL, lien entrant, lien externe ou lien retour, le backlink est un lien hypertexte pointant d’un site A vers un site B. Google est très attentif aux nombres de backlinks dont dispose un site car cela lui donne une indication sur la popularité de ce site. Attention cependant, tous les liens n’ont pas la même valeur et Google veille.

Backlink Blast : Utilisé par les Black Hat SEO pour désigner la génération de nombreux liens rapidement vers un site web grâce, par exemple, à la création de d’autoblogs, de Spamco, de faux profils en masse ou de referrer spam.

Balise : Les balises HTML correspondent aux éléments de bases de codage HTML d’une page web. On retrouve de nombreuses catégories (head, div, p, etc.) permettant de structurer une page en respectant les bonnes pratiques. En voici d’autre exemples importants en SEO :

Balise Canonical (« canonique » en français) : permet d’indiquer aux moteurs de recherche qu’une page est dupliquée et reprend le contenu d’une autre page.

Balise de Données Structurées : Elle permet de donner des informations sémantiques directement dans le HTML pour permettre aux moteurs de recherche de mieux comprendre le code HTML d’un site. Il existe plusieurs formats : microdata ; RDFa ; JSON-LD. Google propose un outil de test des données structurées pour vérifier que les balises sont bien intégrées dans vos codes sources.

Balise de Pagination : Elle permet d’indiquer aux moteurs qu’un contenu est paginé et les aident ainsi à mieux indexer les contenus concernés.

Balise Hreflang : Elle sert à indiquer la langue utilisée sur la page en cours et le pays cible et permet ainsi d’optimiser un site web multilingue dans le cadre d’une stratégie SEO international.

Balise Title : Cette balise HTML permet de donner un titre à une page web. Elle est présente au niveau de la balise head du code source et doit être unique par page. Elle doit comporter maximum 80 caractères et 10 à 12 mots idéalement. Pour l’internaute, elle est visible dans la barre de titre du navigateur et dans les SERPs. C’est un élément très important pour optimiser son référencement naturel.

Balise meta : Les balises META correspondant à des balises présentes dans le code source dans la partie Head du HTML : title, robots, description, keywords, etc.

Balise meta Description : Tout comme la balise title, elle doit être unique par page. Contrairement à la balise title, la balise meta description ne permet pas d’obtenir un meilleur classement. Elle est visible dans les résultats de recherche et correspond au texte affiché en dessous du title et doit donc être conçue pour informer l’internaute avec l’objectif d’inciter au clic pour optimiser son CTR. Google y est sensible. Sa longueur doit se situer entre 200 et 300 caractères.

Balise meta Keywords : Cette balise permet d’associer des mots-clés stratégiques à une page web. Elle est aujourd’hui obsolète mais elle connut son heure de gloire dans les années Altavista ou Lycos.

Balise meta Robots : Cette balise, également placée dans la partie head du code source, permet de donner des indcations précises aux robots sur la manière dont ils doivent prendre en compte la page web. On peut y retrouver des valeurs telles que index » ou « noindex » et « follow » ou « nofollow » mais également des valeurs « nosnippet », « noarchive », « noimageindex », etc.

Bing : C’est le moteur de recherche de Microsoft. Même si ses parts de marché sont faibles en France, il est tout de même important de monitorer sa visibilité via, a minima, la Bing Search Console pour s’assurer que le robot Bing (Bingbot) crawle correctement le site. 

Black Hat : Un black hat SEO est un référenceur utilisant des techniques non recommandées et pénalisées par Google pour se référencer rapidement dans les SERPs en manipulant l’algorithme du moteur. A l’opposé, on parle de White Hat SEO pour un référenceur respectant les guidelines Google. Une partie des SEO est finalement grey hat en trouvant un juste équilibre pour éviter d’être pénalisé par Google.

Body : Elle correspond au corps d’une page d’un site web et se situe entre le head et le footer.

Bombing : Le Google Bombing (bombardement Google en français) est une technique de spamdexing qui a pour objectif d’associer un site à un mot clé en s’appuyant sur le netlinking et les ancres optimisées. Le résultat est en général peu flatteur pour la victime. Un exemple : « Incapable de gouverner » sur François Hollande (2012)

Bot : Les bots désignent les robots d’exploration (spider) qui crawlent les pages web des sites :  GoogleBot, BingBot, YandexBot.

Browser : C’est un navigateur web qui vous permet de parcourir internet : Chrome, Firefox, Edge, Safari, Opera, etc. Un dépôt de cookies peut s’opérer par leurs biais.

C comme un Cocon sémantique

Cache Google : la version en cache d’une page web correspond à celle que Google connait. Elle peut différer de celle en ligne pour différentes raisons.

Caffeine : Lancé en 2010, cela correspondait, à l’époque, à un nouveau système d’indexation des fichiers par Google.

ccTLD (Country Code Top Level Domain) : C’est une extension qui fait partie des domaines de premier niveau et qui permet d’identifier un pays : .fr pour la France par exemple.

Cloaking : C’est une technique black Hat interdite par Google permettant de présenter un contenu de page web différent au robot d’un moteur de recherche et à l’internaute. Cette technique se base souvent sur la détection du User Agent pour afficher le contenu destiné aux bots.

CMS : « Content Management System » en anglais, est une famille de logiciels pour concevoir et mettre à jour facilement des sites web. Les plus connus sont WordPress, Drupal ou encore Joomla.

Cocon sémantique : Cette technique peut se définir comme une approche permettant une organisation de son site web en silo. Elle se base en grande partie sur l’optimisation du maillage interne. Ce concept a été initié par Laurent Bourrelly : en savoir plus.

Code 200 : Il correspond au code de statut (http status code) émis lors du succès d’une requête, autrement dit, lorsqu’une page s’affiche correctement sans redirections 301 ou 302 ni de pages d’erreur 403 ou 404 ou erreur serveur (500).

Consultant SEO : C’est un spécialiste du référencement naturel en charge d’optimiser la visibilité dans les moteurs de recherche. Certains consultants travaillent en Freelance et d’autres en Agence SEO.

Content Spinning : C’est une technique permettant de créer automatiquement différentes versions de contenus à partir d’un même texte. Elle est en général utilisée par des SEO Black Hat. Certains outils (gratuits ou payants) permettent de la mettre en place très facilement.

Cookie : C’est un petit logiciel déposé sur votre navigateur permettant par exemple d’améliorer votre expérience web ou d’envoyer des données d’analyse.

CPM : Coût Pour Mille impressions

CPA : Coût par action

CPC : Coût par clic

Crawl : Cela désigne l’exploration des pages d’un site web par un robot d’exploration (GoogleBot par exemple).

Crawl Budget (budget crawl en français) : Cela correspond à la limite du nombre de pages que Google va se fixer pour crawler un site web. Il varie en fonction de la vitesse d’exploration du site, de la taille du site, de la fréquence de mise à jour, etc. Le budget crawl correspond donc au temps alloué par le robot d’exploration lors de chaque passage.

Crawler : Un crawler est un logiciel permettant d’assurer l’exploration des sites et de leurs contenus web. On les appelle également spider ou robot d’exploration.

CSS : Cela correspond à l’acronyme de « Cascading Style Sheets ». Ce sont des feuilles de styles (.css) qui vont décrire comment les documents HTML doivent être présentés au niveau du style et de la mise en page.

CTR : C’est l’acronyme de « Click Trough Rate » qui désigne le taux de clic sur un lien. A ne pas confondre avec le TTR qui correspond au taux de transformation (e-commerce ou lead).

D comme Données structurées

Densité de Mots Clés : La densité de mots clés est le nombre de fois où un mot clé apparaît sur une page Web donnée. Elle se calcule en divisant le nombre d’apparitions du mot clés sur le nombre total de mots de la page. Cette notion est aujourd’hui obsolète.

Désaveu de lien : Cette pratique a été mise en place par Google pour permettre d’indiquer au moteur de recherche de ne plus prendre en compte certains liens entrants (backlinks) considérés comme toxiques. A utiliser en cas de pénalité manuelle.

Disallow : Cette directive donnée aux robots des moteurs de recherche permet de leur indiquer de ne pas explorer une page ou un ensemble de pages (répertoire) d’un site web. Elle est utilisée dans le fichier robots.txt présent à la racine du site web.

Dofollow : Cette donnée permet d’indiquer aux robots des moteurs de recherche de suivre un lien sortant pour identifier d’autres pages sur ce site. C’est le contraire de « Nofollow ». Par défaut, les liens permettent le crawl des pages par les robots et sont donc « dofollow ». Pour leur indiquer le contrarie, il est donc nécessaire d’ajouter un attribut « nofollow ».

Données structurées : Se référer à « Balise de données structurées ».

DuckDuckGo : C’est un moteur de recherche alternatif à Google comme Ecosia, Qwant ou Bing.

Duplicate Content : Cela correspond au terme « contenu dupliqué » en français. Il s’agit d’un contenu identique ou similaire présent sur plusieurs pages de différents sites web. Google pénalise les sites utilisant cette pratique en leur donnant une très faible visibilité. Selon les cas, l’utilisation de canonical ou de balise hreflang peut permettre de régler ce problème.

Duplicate URL, Same Text (DUST) : Ce type de duplicate content intervient lorsque plusieurs URLs pointent vers le même code source. Concrètement, une problématique de DUST peut se poser pour une page d’accueil avec plusieurs URLs qui n’utilisent pas les canonical et les redirections 301. Par exemple :

https://www.votresite.com
https://votresite.com/
https://www.votresite.com/index.php
http://www.votresite.com
http://votresite.com/

E comme Erreur 404

EMD : Exact Match Domain, c’est-à-dire que le nom de domaine intègre un ou des mots clés correspondant à une requête d’internaute. Par exemple : plombier-lille.fr

En-tête : Cela correspond au « Header » qui désigne une des trois parties d’une page HTML, les deux autres étant le corps (Body) et le pied de page (Footer).

Erreur 404 : C’est un code d’erreur du protocole de communication HTTP indiquant que la page est introuvable. A éviter car cela peut faire fuir l’internaute. A minima, il est recommandé de personnaliser sa page 404 pour au moins ajouter un CTA (call to action).

Erreur 500 : Le code erreur HTTP 500 correspond à une erreur interne du serveur.

F comme Featured snippet

Featured snippet : Cela correspond à un mode d’affichage de résultat dans les SERPs en position 0 (zéro) où Google propose une réponse unique à l’internaute. Cette pratique démontre la volonté de Google de devenir un moteur de réponses.

Fil d’Ariane : Cet élément permet à l’internaute de savoir où il se situe dans le site web. Il est présent généralement en haut à gauche de la page et reprend les différents niveaux de l’arborescence. 

Footer : Cela correspond au pied de page qui est une des trois parties structurant une page HTML (Header, Body et Footer).

FTP : Pour « File Transfer Protocol » qui est un protocole de communication destiné à l’échange informatique de fichiers sur un réseau.

G comme Google

Google Analytics : Google Analytics est un outil d’analyse et de suivi statistique d’un site web. Il permet de piloter une stratégie digitale en s’appuyant sur les données de comportement des visiteurs d’un site.

Google Bombing : Se référer à la définition de Bombing.

Google Bot : Nom du robot d’exploration Google crawlant le contenu des pages Web.

Google My Business : Google My Business est un outil gratuit qui permet de gérer la manière dont votre entreprise apparaît sur Google Search et Maps au service de votre référencement local.

Google Search Console : Anciennement appelé Google Webmaster Tools, cet outil gratuit permet de suivre les performances de son site sur les SERPs et intègre de nombreuses fonctionnalités. Outil indispensable pour le SEO.

Guidelines Google : Ils correspondent à l’ensemble des consignes et recommandations donnés par Google aux éditeurs de sites. Les respecter (white hat SEO) permet d’éviter les pénalités.

H comme .HTACCESS

Hn (Balisage sémantique) : Les balises Hn correspondent, sur une page web, aux différents titres que l’on retrouve sur cette page : H1, H2, H3, H4, H5, H6. Il est conseillé de n’avoir qu’une seule H1 sur la page, les autres pouvant être multiples. Les moteurs de recherche sont très attentifs à ces balises car elles permettent de leur donner certaines informations majeures de la structuration HTML de la page.

Hreflang : Se référer à « Balise hreflang ».

.HTACCESS : Cela désigne un type de fichier placé sur un serveur web (Apache en l’occurrence) pour définir des fonctionnalités ou règles d’accès au contenu d’un site. Une des fonctionnalités les plus connues est la mise en place de redirections 301.

HTML : Pour « Hypertext Markup Language ». Cela correspond au langage informatique utilisé pour la création de pages web. Ce langage s’appuie sur l’utilisation de balises, ce qui permet une lecture facile du contenu par les robots d’exploration. La version actuelle est HTML 5.

HTTP : Pour « HyperText Transfer Protocol ». C’est un protocole universel et standard de transmission web permettant la communication entre un serveur et un client, un client étant dans ce cas un logiciel conçu pour se connecter à un serveur http (navigateur web par exemple).

HTTPS : pour « HyperText Transfer Protocol Secure ». Le https correspond à une version sécurisée du http intégrant un protocole de sécurisation des échanges (SSL ou TLS). Il donne la garantie à l’internaute de naviguer sur un site internet fiable. Le https n’est pas obligatoire mais son absence est considérée comme un mauvais signal par les robots d’exploration des moteurs de recherche.

I comme Index Mobile First 

Inbound Marketing : Principe s’appuyant sur la mise en place d’une stratégie de création de contenu de qualité pour attirer des visiteurs sur un site. Un des leviers les plus puissants pour déployer cette stratégie est le SEO. On oppose l’inbound marketing à l’outbound marketing.

Index Mobile First : Google a lancée, fin 2017, un nouveau procédé pour parcourir les sites web. Il consiste à utiliser la version mobile d’un site internet pour l’explorer et en indexer le contenu dans les SERPs. Auparavant, Google s’appuyait sur la version desktop du site.

Indexation : Ce terme désigne le fait qu’un page soit prise en compte dans l’index des moteurs de recherche. Pour connaitre facilement les pages indexées d’un site web, vous pouvez utiliser la Search Console ou taper la commande « site: » devant l’URL du site. Par exemple, « site:www.votresite.fr »

Indice de densité de mots clés : Se référer à « Densité de mots clés ».

J comme Jus de lien

Javascript (JS) : C’est un langage de développement informatique utilisé dans le web pour, par exemple, poser des tags ou améliorer l’ergonomie. Sa particularité est de s’activer directement sur le poste client, en opposition à de nombreux autres langages qui sont activés côté serveur. Le Javascript est parfois incompris des moteurs de recherche même si Google travaille sur ce sujet pour être en mesure de mieux l’interpréter. Le JS n’a pas de relation de parenté avec le langage JAVA. Par contre, il peut être utilisé par la technologie AJAX (Asynchronous Javascript And XML) pour permettre d’interagir de manière dynamique sur une page web.

Jus de lien : Également appelé « Jus de référencement » ou « Link Juice » en anglais. Cela correspond au PageRank transmis par une page à une autre page par l’intermédiaire d’un lien. Cette transmission peut s’opérer par le maillage interne ou entre deux sites différents. Cette notion de diffusion de link juice est fondamentale dans le SEO. Il est important de noter qu’un lien en « nofollow » ne transmet pas de jus de lien. Celui-ci est perdu et n’est pas transmis aux autres liens de la page.

K comme Knowledge Graph

Keyword stuffing : « Bourrage de mots clés » en français. Cette pratique, assimilée au spam, consiste à répéter un grand nombre de fois le même mot dans un paragraphe ou une page. Son contenu en devient incompréhensible pour un internaute. Cette pratique n’est plus d’actualité et elle est pénalisée par les moteurs de recherche.

Knowledge graph : « Graphe de connaissance » en français. Le Knowledge graph désigne une manière de présenter des résultats Google en reprenant certaines informations sur un lieu, une personne ou même une entreprise.  Ces informations sont issues d’une base de connaissances compilée par Google. Les résultats sont visibles (pour les requêtes éligibles) sur la droite des résultats de recherche. Un exemple de requête sur laquelle vous retrouvez un tel affichage : schiele.

KPI : Key Performance Indicator, en français « Indicateurs clés de performance ». Le suivi de certains de ces indicateurs (taux de rebond, CTR, TTR, commandes, etc.) permet de piloter une stratégie digitale par exemple.

L comme Longue traîne

Lien mort : Désigne un lien pointant vers un contenu qui n’existe plus. La page renvoie alors une erreur 404.

Lien nofollow : Par opposition au lien dofollow. Un lien nofollow comporte un attribut rel « nofollow » indiquant aux moteurs de recherche de ne pas le suivre. Il existe d’autres attributs tels que noopener ou noreferrer permettant de transmettre d’autres informations aux moteurs.

Link building : Consiste à générer des liens externes pointant vers un site pour améliorer sa popularité web et augmenter son trafic. On parle également de netlinking.

Linkbaiting : « Appât à liens » en français. Ce principe désigne une technique SEO permettant d’obtenir des liens pointant vers son site (backlinks) grâce à la production d’un contenu de qualité que les internautes ont partagé.

Link Juice : Se référer à « Jus de lien ».

Log : Un log est un fichier informatique stockant un historique de données liées à des événements. Une analyse des logs serveur permet de visualiser les données sur les visites des robots d’exploration (IP, date, etc.). Cette analyse est très instructive pour optimiser le crawl budget.

Longue traîne : « Long tail » en anglais. En SEO, cela désigne l’ensemble des expressions clés moins recherchées par les internautes mais dont la somme représente un trafic important. Elle est plus qualifiée et offre en général une meilleure conversion. Le trafic généré par la longue traîne est estimé à 80% pour une conversion x2.5.

M comme Maillage interne

Maillage interne : Appelé également « linking interne », le maillage interne correspond à la création de liens entre les pages d’un site web. Cette pratique permet de fluidifier la navigation des visiteurs et de diffuser le jus de référencement.

Majestic SEO : C’est un des outils de référence dans l’analyse des backlinks qui s’appuie sur deux indicateurs : TF (Trust Flow) et CF (Citation Flow). D’autres outils tels que Moz (avec ses indicateurs DA pour Domain Authority et PA pour Page Authority) ou Ahrefs (avec ses indicateurs DR pour Domain rating et UR pour URL rating) sont des alternatives de qualité. Des versions gratuites mais limitées sont disponibles.

Meta : Se référer à « Balise meta ».

Meta description : Se référer à « Balise meta description ».

Marketing omnicanal : Cette approche marketing s’attache à mettre le client au cœur de la stratégie de l’entreprise en lui offrant une expérience globale optimisée et cohérente.

Mind Mapping : C’est une technique s’appuyant sur une Mind Map avec pour objectif de mieux organiser/hiérarchiser les idées. Également appelée « carte mentale », elle est très utilisée par les consultants SEO pour préparer l’approche sémantique d’un site web.

Mot-clé : Keyword en anglais. Un mot clé (ou expression clé) correspond aux termes que l’internaute tape (ou dicte dans le cadre d’une recherche vocale) dans le moteur de recherche. On distingue les recherches de marque, générique, locale et longue traîne.

N comme Netlinking

Negative SEO : Le NSEO (Negative SEO) est un ensemble de techniques mises en place pour nuire à la visibilité d’un site web concurrent. Cette pratique est fortement proscrite par la loi.

Netlinking : Également appelé « Link building », cette technique consiste à multiplier le nombre de liens entrants (backlinks) vers un site pour améliorer sa popularité web aux yeux de Google et autres moteurs de recherche. Le netlinking fait partie des piliers d’une stratégie SEO. A noter qu’il est important de privilégier la qualité des liens à la quantité.

Nofollow : Se référer à « Lien nofollow ».

Noindex : C’est une consigne donnée aux moteurs de recherche leur indiquant de ne pas indexer la page web. Elle peut être présente dans le robots.txt ou dans la balise meta robots.

Noogler : Ce terme désigne une personne qui vient d’être embauchée chez Google.

Not Provided : « Non fourni » en français. Cette mention, visible dans Google Analytics, donne l’indication que le mot clé qui a servi à trouver le site sur Google n’est pas connu. C’est le cas pour presque 100% de mots clés aujourd’hui, la raison étant le chiffrement des pages de résultats de Google (https). D’autres solutions existent !

O comme Obfuscation de lien 

Obfuscation de lien : Cette pratique consiste à cacher des liens aux robots de moteurs de recherche. Elle permet ainsi d’optimiser la distribution du jus de référencement entre les différentes pages et peut contribuer à optimiser le crawl budget. Cette technique peut être utilisée pour des pages telles que les mentions légales ou la page de connexion par exemple. Concrètement, cette technique s’appuie sur des boutons javascript et codés en base64, les bots étant aujourd’hui incapables de les interpréter contrairement au javascript utilisé pour les liens générés en Ajax.

P comme Panda

PageRank : Inventé par Google, c’est un indice de réputation d’un site. Il tire son nom de Larry Page (co-fondateur de Google NDLR 😊). Le PR analyse la quantité et la qualité des liens qui pointent vers une page web. A ne pas confondre avec la Toolbar PageRank (barre verte) visible par le passé dans les SERPs et aujourd’hui disparue. Le Page Rank reste lui toujours d’actualité.

Panda : Google Panda est un filtre de l’algorithme Google permettant l’analyse de la qualité des contenus d’une page web. Il permet de détecter les contenus de faible qualité et sanctionne les pages concernées.

PBN : Pour « Private Blog Network ». Cet acronyme désigne un réseau de sites (blogs le plus souvent) privés. En les interconnectant, l’objectif est de pousser un seul des sites du réseau pour booster sa visibilité dans les SERPs. A vous de juger !

Pénalité : Les pénalités Google sont des sanctions prises par Google suite au non-respect de leurs guidelines. Le site pénalisé obtiendra moins de visibilité de la part de Google avec une forte régression de ses positions. Conséquences possibles : baisse de trafic, désindexation des pages, etc.

Penguin : Mis en place en 2012, Google Penguin est un filtre de l’algorithme Google permettant de démasquer et de pénaliser les sites utilisant des liens entrants (backlinks) factices pour leur netlinking, incluant notamment des ancres suroptimisées (trop proche de requêtes SEO). Panda et Penguin sont deux mises à jour complémentaires.

Pigeon : Google Pigeon est une mise à jour de l’algorithme Google pour les résultats de recherche locale liées à Google My Business et Google Maps.

Popularité : La popularité web d’un site se mesure par le nombre de liens entrants pointant vers ses pages. Attention cependant, la qualité des liens prime sur la quantité.

Positionnement : En SEO, ce terme correspond à la position d’un site web dans les résultats des pages de recherche.

Position zéro ou position 0 : Google propose depuis 2014 un format d’affichage SEO spécifique pour apporter directement une réponse dans la SERP. On le retrouve entre les annonces Google Ads et la première position naturelle sous forme de Knowledge Graph, de Featured Snippets ou d’un résultat Onebox fourni directement par Google.

Q comme Qwant

Quality Rater : Chez Google, c’est une personne en charge de la vérification manuelle des SERPs et des sites web pour évaluer la qualité des pages.

Quality Score (QS) : C’est une note donnée par Google, sur une échelle de 1 à 10, pour évaluer la qualité des campagnes Google Ads. Son calcul s’appuie, entre autres, sur la cohérence des annonces / mots clés / pages de destination.

Qwant : c’est un moteur de recherche français alternatif à Google comme Ecosia ou DuckDuckGo.

R comme Robots.txt

Redirection : C’est une indication donnée aux navigateurs et aux moteurs de recherche d’un changement d’adresse (URL) pour une page. Les redirections les plus utilisées sont les redirections 301 (permanentes) et 302 (temporaires).

Réécriture d’URL : C’est une technique permettant de modifier l’adresse web d’une page pour la rendre plus simple et plus lisible.

Référencement local : Également appelé SEO local, cette pratique vise à positionner un site dans les SERPs correspondants à une requête localisée du type « consultant analytics lille »

Référencement off-page (ou SEO off-page): Ce sont les actions d’optimisations SEO non réalisables sur le site en lui-même : backlinks, liens sociaux, etc.

Référencement on-page (ou SEO on-page): Ce sont les critères d’optimisation SEO directement modifiable sur la page du site : structure d’URL, balisage HTML, données structurées, maillage interne, contenu et mots clés etc.

Référencement Vidéo (VSEO) : le « Video Search Engine Optimization » est un ensemble de techniques visant à optimiser la visibilité des vidéos sur un moteur de recherche.

Référenceur : C’est un professionnel du référencement web avec pour missions d’optimiser la visibilité et la popularité de sites web dans les SERPs.

Requête :  Cela correspond à ce que tape (ou dicte) un internaute sur un moteur de recherche.

Rich Snippet : « Extrait enrichi » en français. Cela correspond à des informations supplémentaires affichées dans les SERPs à l’aide de balises de données structurées : avis, événements, FAQ, fil d’ariane, etc.

Robots.txt : C’est un fichier texte placé à la racine d’un site web. Il permet d’indiquer aux robots les pages ou répertoires à explorer. Si un site en possède un, ce fichier est accessible à tous : https://www.exemple.fr/robots.txt. S’il n’existe pas, Google aura accès à toutes les zones du site internet.

S comme SEO

Scraping : C’est une technique permettant d’extraire du contenu automatiquement grâce à des scripts. Assimilée à une pratique Black Hat.

Screaming Frog : C’est un crawler permettant d’explorer un site web pour l’auditer. Un outil de référence gratuit jusqu’à 500 URLs.

SEA : Pour « Search Engine Advertising ». Ce levier permet de mettre en avant des liens sponsorisés dans les SERPs avec Google Ads ou Bing Ads.

SEM : Pour « Search Engine Marketing ». Le SEM est un ensemble de techniques permettant d’améliorer la visibilité sur le web. Il comprend le SEO (Search Engine Optimization), le SEA (Search Engine Advertising) et le SMO (Social Media Optimization).

SEO : Pour « Search Engine Optimization ». Le SEO consiste à optimiser le référencement naturel d’un site dans les SERPs.

SERP : C’est l’acronyme de « search engine result page » qui désigne la page de résultats des moteurs de recherche.

Sitelink (ou lien de site) : Les sitelinks sont des liens renvoyant vers des pages internes du site. Ils sont affichés en complément du lien vers la Home Page.

Sitemap : Littéralement « Plan de site », c’est un fichier au format .xml qui permet d’envoyer les contenus aux moteurs de recherche pour améliorer l’indexation. Il existe différents formats de sitemap : sitemap video, sitemap actualité, etc.

SMO : Pour « Social Media Optimization ». Le SMO est un ensemble de techniques utilisées pour le référencement sur les réseaux sociaux.

Spamco : Cela correspond aux spams automatisés sur les commentaires de blog pour placer des liens factices.

Spamdexing : C’est un ensemble de techniques Black Hat pour spammer les moteurs de recherche. Une de ces techniques fut le « keyword stuffing » (bourrage de mots clés). Aujourd’hui la plus répandue est la création de liens factices.

Spider : Autre nom donné aux robots d’exploration qui crawlent un site Web.

Splog: C’est un blog de spam, d’où cette contraction de Splog.

Spot : Dans une stratégie de netlinking, ce terme désigne les sites sur lesquels positionner un lien entrant.

T comme Taux de rebond

Taux de rebond : « Bounce rate » en anglais. C’est un indicateur qui mesure le nombre de visites à une seule page. En d’autres termes, c’est le ratio entre les visites à une page divisé par l’ensemble des visites du site. Un taux de rebond acceptable se situera en moyenne autour de 50%, et plus généralement entre 40% et 60%. C’est un KPI très important à monitorer.

Title : Se référer à « Balise Title ».

Titre : Se référer à « Hn (Balisage sémantique) ». A ne pas confondre avec le Title.

Trust Flow (TF) : Dans Majestic SEO, correspond à un indicateur permettant d’évaluer l’indice de confiance d’une page ou d’un site internet grâce à la qualité de ses backlinks. Il est complémentaire au « Citation Flow (CF) » qui mesure la quantité de liens entrants. Ces deux indicateurs sont compris entre 1 et 100.

U comme User-Agent 

Update Google : Ce terme caractérise les mises à jour de l’algorithme Google.

URL : Uniform Resource Locator en anglais. Cela correspond à l’adresse d’une page web.

URL canonique : C’est l’URL utilisé dans la balise meta appelée “rel canonical” permettant d’éviter le duplicate content (contenu dupliqué).

URL Rewriting : Se référer à « Réécriture d’URL ».

User-Agent : L’User-agent est une application qui accède à un contenu web : navigateur Internet, navigateur mobile, robot d’exploration des moteurs de recherche, etc.

UTF-8 : Correspond à la forme d’encodage de l’Unicode.

V comme Vitesse de chargement

Vitesse de chargement : Cela correspond au temps que met un page pour charger son contenu. Cette donnée est très importante pour optimiser le crawl budget et l’expérience utilisateur. GTmetrix est un outil gratuit très performant pour auditer la vitesse de chargement d’une page.

W comme Webmarketing

Webmarketing : C’est l’ensemble des techniques et leviers permettant d’améliorer la visibilité et le trafic d’un site web, comme par exemple SEO, le SEA, l’Affiliation, le SMO, l’e-mailing, etc.

White Hat : Contrairement au « Black Hat », le SEO White Hat optimise un site web en suivant les recommandations / guidelines de Google.

WWW : World Wide Web.

X comme X-Robots-Tag 

Xenu’s Link Sleuth : C’est un logiciel gratuit très utile permettant de détecter les liens morts (pages 404 ou lien cassé) d’un site Web. Il peut également être utilisé pour l’analyse de sites concurrents pour retrouver leurs liens morts.

Xoogler : Ce terme désigne un ancien employé de chez Google. En d’autres termes, un « Ex-Googler ».

X-Robots-Tag : C’est une directive permettant de donner certaines indications aux robots d’exploration. Sa valeur ajoutée réside dans la possibilité de l’utiliser dans le fichier .htaccess pour désindexer par exemple, des fichiers dans un format autre que l’HTML (word, excel, etc.).

Y comme Yooda

YandexBot : C’est le nom du spider (robot d’exploration) de Yandex, le moteur de recherche russe.

Yooda Insight : C’est un outil SEO performant pour assurer un benchmark SEO et une analyse sémantique. La société éditrice du logiciel est française (Yooda) et propose d’autres outils.

Z comme Zoo Google

Zoo Google : Ce terme désigne la ménagerie associée à Google et certains noms de ses mises à jour d’algorithme (Panda, Penguin, Colibri, Pigeon, etc.).

Retour haut de page